samedi , 2 juillet 2022

Les tourbières de pergélisol sur le seuil du basculement

Dernière modification le 24-3-2022 à 16:57:29

En stockant d’énormes quantités de carbone dans un sol gelé en permanence, les tourbières de pergélisol d’Europe et de Sibérie occidentale jouent un rôle clé dans la lutte contre le changement climatique. Mais cet écosystème vulnérable est particulièrement menacé. Une étude de l’Université de Leeds, publiée à la mi-mars dans la revue Nature Climate Change, montre que le point de bascule climatique – qui le ferait passer de puits de carbone à source de gaz à effet de serre – pourrait être atteint bien plus tôt que ce que les experts ne le pensaient.

La superficie totale de ces tourbières qui seraient touchées dans le cadre des scénarios de réchauffement modérés à élevés contient l’équivalent de deux fois la quantité de carbone stockée dans les forêts européennes. Cela représente entre 37 et 40 milliards de tonnes, qui pourraient ainsi être progressivement relâchées dans l’atmosphère sous la forme de dioxyde de carbone (CO2) et de méthane.

Dès 2040, et même en optant pour le scénario d’atténuation du changement climatique le plus fort, les climats de l’Europe du Nord ne seront plus suffisamment froids et secs pour entretenir le pergélisol tourbeux, estiment les chercheurs. Les tourbières à pergélisol sont donc proches d’un seuil de basculement.

Selon les simulations, une forte atténuation des émissions de gaz à effet de serre mondiales permettrait toutefois de maintenir un climat capable de préserver le pergélisol tourbeux au moins dans les parties nord de la Sibérie occidentale, qui contiennent près de 14 milliards de tonnes de carbone tourbeux, d’ici 2100.

Vérifier aussi

Le climat change plus vite que prévu

Dernière modification le 22-6-2022 à 15:17:30 Interview Martine Rebetez, juin 2022 Transcription complète C’est le …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.