vendredi , 25 juin 2021

Minimum énergétique pour une vie décente

Dernière modification le 9-3-2021 à 20:09:50

13 October 2020

Selon une nouvelle analyse, la population mondiale prévue pour 2050, soit 10 milliards de personnes, pourrait atteindre un niveau de vie décent tout en réduisant la consommation d’énergie mondiale de 60% par rapport à aujourd’hui. L’étude fait partie d’un nombre croissant de recherches qui visent à découpler la relation apparente entre l’épanouissement humain et la catastrophe écologique.

La vie moderne, après tout, est confortable mais gourmande en énergie. La personne moyenne utilise aujourd’hui quatre fois plus d’énergie qu’une personne vivant au début de la révolution industrielle et 16 fois plus qu’une personne du paléolithique. Et comme nous sommes beaucoup plus nombreux qu’avant (en partie grâce à l’extraction des ressources de la biosphère), les humains vivants aujourd’hui utilisent collectivement 600 000 fois plus d’énergie que nos ancêtres paléolithiques.

La question est de savoir quelle part de cette utilisation d’énergie et de ressources est vraiment nécessaire pour que nous puissions vivre – et bien vivre.

Bien sûr, il existe de nombreuses façons différentes de définir le bien-vivre; c’est en fait le sujet des grands débats philosophiques. Mais aux fins de cette analyse, les chercheurs se sont concentrés sur les normes de base en matière d’alimentation, de vêtements, de logement, d’hygiène, de soins de santé, d’éducation, de mobilité et d’accès aux technologies de l’information et de la communication. Ils se sont appuyés sur une variété de recherches antérieures pour définir un niveau d’accès à ces différentes ressources considéré comme suffisant, ainsi que la quantité d’énergie nécessaire pour fournir cet accès: par exemple, l’énergie nécessaire pour cultiver et transporter environ 2000 calories de nourriture. par personne et par jour, fabriquer et faire fonctionner une cuisinière et un réfrigérateur par ménage, fournir 50 litres d’eau propre par personne et par jour, etc.

Cette approche ascendante diffère des études antérieures, qui ont souvent examiné les données de consommation réelle pour déterminer les relations entre les impacts environnementaux et les mesures du développement humain. Le problème avec ces études descendantes est qu’elles ne remettent pas en question les inefficacités inhérentes aux systèmes politiques et économiques existants – des inégalités qui conduisent à une consommation démesurée de la part des élites, par exemple, alors que de nombreuses personnes ne parviennent pas à satisfaire leurs besoins fondamentaux.

La nouvelle étude est également inhabituelle en ce qu’elle se concentre sur l’énergie finale (par exemple, l’électricité) plutôt que sur l’énergie primaire (par exemple, le charbon). Cela permet d’éviter le besoin d’hypothèses qui font parfois que les sources d’énergie renouvelables ressemblent à de mauvaises alternatives aux combustibles fossiles, disent les chercheurs.

Un niveau de vie décent basé sur des technologies existantes, quoique avancées, nécessite en moyenne 15,3 gigajoules d’énergie par personne et par an, ont calculé les chercheurs. Ce chiffre de l’Énergie pour une Vie Décente EVD (Decent Life Energy, DLE en anglais) est «remarquablement bas», disent-ils: cela correspond à peu près à la quantité d’énergie contenue dans deux barils et demi de pétrole. Dans ce scénario, la demande énergétique mondiale en 2050 s’élèverait à 149 exajoules (EJ), environ 60% de moins que la consommation actuelle.

Fig.1 La ligne verte contient les estimation de l’EVD pour chacun des pays. La ligne noire représente la moyenne de l’ensemble de ces estimations.

Pour atteindre cet objectif, les riches du monde devront consommer moins. «Nous pouvons réitérer ce qui a été suggéré par d’innombrables autres auteurs: des logements de haute qualité et à faible consommation d’énergie, des transports en commun généralisés et une alimentation pauvre en aliments d’origine animale sont des enjeux mondiaux importants pour les ambitions de durabilité», écrivent les chercheurs. Mais, disent-ils, «ce que nous ajoutons, c’est que les sacrifices matériels sont, en théorie, bien inférieurs à ce que beaucoup de récits populaires impliquent.» Le monde décrit par leur modèle est loin d’être sombres, une réplique aux sceptiques qui accusent les écologistes de vouloir que les gens mènent une vie “d’Amish”. Il autorise un ordinateur portable avec accès Internet par foyer (c’est vrai, le fait que les parents essaient de travailler à domicile pendant que leurs enfants font de l’école en ligne pendant une pandémie va poser problème ), un téléphone pour chaque personne âgée de 10 ans et plus (les préadolescents du monde se réjouiront! ), les habitations chauffées ou refroidies à une température constante de 20°C et l’accès universel aux soins de santé et à l’éducation.

Bien sûr, l’étude ne dit pas comment passer d’un monde organisé autour de l’inégalité et de l’excès à un monde organisé autour de la fourniture universelle d’un niveaux de vie décents. La bonne nouvelle, cependant, est que les sources d’énergie non fossiles ont la capacité de générer 70 EJ d’énergie aujourd’hui, qui devrait passer à 130 EJ d’ici 2050 – «très proche de l’exigence EVD de 149 EJ», notent les chercheurs. «Le fait que les sources d’énergie non fossiles puissent répondre à nos exigences EVD, même dans le cadre du statu quo, est très important.»

Joel Millward-Hopkins, Julia K. Steinberger, Narasimha D. Rao, Yannick Oswald,
Providing decent living with minimum energy: A global scenario, Global Environmental Change, Volume 65, 2020, 102168, ISSN 0959-3780, doi.org/10.1016/j.gloenvcha.2020.102168.

Traduction: www.etatdurgence.ch

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *