mardi , 22 octobre 2019
Accueil / La situations / Les alertes

Les alertes

Dernière mise à jour le

Les avertissements

1972-2012

Le club de Rome est un groupe de réflexion réunissant scientifiques, écologistes, universitaires, écologistes, qui a été créé en 1968. Son premier fait d’armes s’avère être le rapport qu’il a émis en 1972, sous le nom de Rapport Meadows. Le titre était sans équivoque: Limits to growth (limites de la croissance). Pour beaucoup, ce rapport est le fondement de la pensée écologiste moderne, puisque ses auteurs arguent d’un danger pour la planète, celui d’une croissance économique exceptionnelle, aux dépens de l’environnement.

Un nouveau rapport en 2012 confirme celui de 1972. Celui-ci donnait soixante ans au système économique mondial pour s’effondrer, confronté à la diminution des ressources et à la dégradation de l’environnement.  La situation est confirmée par la formule du Smithsonian Magazine, «The world is on track for disaster…», autrement dit, “tout se déroule comme prévu pour que survienne le désastre”…
…si l’humanité continue à consommer plus que la nature ne peut produire, un effondrement économique se traduisant pas une baisse massive de la population se produira aux alentours de 2030…
…L’effondrement pourrait se produire bien avant 2030. Autrement dit tous les projets envisagés pour le moyen terme de 10 ans seraient impactés, voire rendus inopérants. Les rapporteurs font cependant preuve d’optimisme (N.D.R. en 2012), en écrivant que si des mesures radicales étaient prises pour réformer le Système, la date butoir pourrait être repoussée. Médiapart, avril 2012

1992-2017

Le Monde, novembre 2017  / Le Temps, novembre 2017
En 1992, L’Union of Concerned Scientists et plus de 1700 scientifiques indépendants, dont la majorité des lauréats de prix Nobel de sciences signaient le « World Scientists’Warning to Humanity ». Ces scientifiques exhortaient l’humanité à freiner la destruction de l’environnement et avertissaient : « Si nous voulons éviter de grandes misères humaines, il est indispensable d’opérer un changement profond dans notre gestion de la Terre et de la vie qu’elle recèle. »…
…Ils affirmaient qu’il fallait procéder d’urgence à des changements fondamentaux afin d’éviter les conséquences qu’aurait fatalement la poursuite de notre comportement actuel.

En 2017, « Mise en garde des scien­tifiques à l’humanité : deuxième avertissement. »
C’est une alerte solennelle que publient, lundi 13 novembre dans la revue BioScience, plus de 15’000 scientifiques de 184 pays
…les auteurs mettent en garde contre la destruction rapide du monde naturel et le danger de voir l’humanité pousser « les écosystèmes au-delà de leurs capacités à entretenir le tissu de la vie ». Leur texte, que publie Le Monde en intégralité, enjoint aux décideurs et aux responsables politiques de tout mettre en œuvre pour « freiner la destruction de l’environnement » et éviter que ne s’aggrave l’épuisement des services rendus par la nature à l’humanité… L’ampleur du soutien à cette mise en garde reflète une inquiétude qui traverse toutes les disciplines des sciences expérimentales…

2018

Sept cents scientifiques français ont lancé un appel aux dirigeants politiques pour qu’ils passent «de l’incantation aux actes pour enfin se diriger vers une société sans carbone». La Terre est déjà entrée pleinement dans le «futur climatique», mettent-ils en garde. «Seuls des changements immédiats et des engagements à court terme, dans le cadre d’objectifs clairs et ambitieux à horizon 2030, peuvent nous permettre de relever le défi climatique», lancent ces scientifiques en Une du journal français Libération. Libération, septembre 2018

Ce qu’il faut retenir du rapport du GIEC sur la hausse globale des températures Le groupe d’experts sur l’évolution du climat alerte les Etats, dans un rapport publié lundi, des lourdes conséquences d’une augmentation des températures au-delà de 1,5 °C. L’essentiel Dans un rapport de 400 pages, dont le « résumé à l’intention des décideurs politiques » a été publié lundi, les scientifiques exposent les conséquences d’un réchauffement des températures au-delà de 1,5 °C par rapport aux niveaux préindustriels. Ces conséquences sont multiples : vagues de chaleur, extinctions d’espèces, déstabilisation des calottes polaires, montée des océans sur le long terme… Toute augmentation des températures au-delà de 1,5 °C aggraverait ces impacts sur l’environnement, selon le GIEC. Pour les experts, limiter la hausse à 1,5 °C passe par une réduction des émissions de CO2 de 45 % d’ici 2030 et la réalisation d’une « neutralité carbone » en 2050 – autrement dit, il faudra cesser de mettre dans l’atmosphère plus de CO2 qu’on ne peut en retirer. Le Monde 8 octobre 2018

Vidéos

L’anthropocène, une nouvelle ère géologique ?

8:00 Les alertes 10:30 L’effet rebond, une alerte lancée il y a 200 ans, Rio, fuite en avant technologique. 13:06 Le climat, …